IBM et l'Holocauste - L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante multinationale américaine par Edwin Black

IBM et l'Holocauste - L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante multinationale américaine

Titre de livre: IBM et l'Holocauste - L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante multinationale américaine

Éditeur: Robert Laffont

ISBN: 2221092767

Auteur: Edwin Black


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Edwin Black avec IBM et l'Holocauste - L'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante multinationale américaine

Le livre d'Edwin Black a fait la Une des quotidiens, en associant la grande multinationale américaine IBM, symbole de la mondialisation, au crime de masse le plus horrible du XXe siècle. L'argument est simple : la technologie IBM des cartes perforées aurait permis aux nazis de saisir, de trier et d'analyser une masse d'information considérable, les dotant ainsi d'une efficacité redoutable dans l'organisation de la Solution finale. La logistique IBM, associée aux ambitions exterminatrices nazies, expliquerait l'ampleur du désastre. Si l'ouvrage du journaliste américain, fils de survivants polonais de l'Holocauste, a le mérite de mettre au jour la froide rationalité du crime nazi, on ne peut s'empêcher d'estimer que l'Holocauste est chose trop sérieuse pour être instrumentalisée. Lier IBM au nazisme, au risque parfois de les confondre, c'est tenter de stigmatiser la firme américaine pour en faire l'incarnation contemporaine du Mal. À lire, certes, mais avec la plus grande prudence. --Hervé Mazurel

Livres connexes

Le livre d'Edwin Black a fait la Une des quotidiens, en associant la grande multinationale américaine IBM, symbole de la mondialisation, au crime de masse le plus horrible du XXe siècle. L'argument est simple : la technologie IBM des cartes perforées aurait permis aux nazis de saisir, de trier et d'analyser une masse d'information considérable, les dotant ainsi d'une efficacité redoutable dans l'organisation de la Solution finale. La logistique IBM, associée aux ambitions exterminatrices nazies, expliquerait l'ampleur du désastre. Si l'ouvrage du journaliste américain, fils de survivants polonais de l'Holocauste, a le mérite de mettre au jour la froide rationalité du crime nazi, on ne peut s'empêcher d'estimer que l'Holocauste est chose trop sérieuse pour être instrumentalisée. Lier IBM au nazisme, au risque parfois de les confondre, c'est tenter de stigmatiser la firme américaine pour en faire l'incarnation contemporaine du Mal. À lire, certes, mais avec la plus grande prudence. --Hervé MazurelLe livre d'Edwin Black a fait la Une des quotidiens, en associant la grande multinationale américaine IBM, symbole de la mondialisation, au crime de masse le plus horrible du XXe siècle. L'argument est simple : la technologie IBM des cartes perforées aurait permis aux nazis de saisir, de trier et d'analyser une masse d'information considérable, les dotant ainsi d'une efficacité redoutable dans l'organisation de la Solution finale. La logistique IBM, associée aux ambitions exterminatrices nazies, expliquerait l'ampleur du désastre. Si l'ouvrage du journaliste américain, fils de survivants polonais de l'Holocauste, a le mérite de mettre au jour la froide rationalité du crime nazi, on ne peut s'empêcher d'estimer que l'Holocauste est chose trop sérieuse pour être instrumentalisée. Lier IBM au nazisme, au risque parfois de les confondre, c'est tenter de stigmatiser la firme américaine pour en faire l'incarnation contemporaine du Mal. À lire, certes, mais avec la plus grande prudence. --Hervé Mazurel